1. Notions de base

a) Définition

Le système immunitaire désigne l’ensemble des molécules, cellules et organes qui agissent de manière coordonnée pour fournir une immunité, c’est-à-dire une protection à l’organisme (contre les pathogènes et les cellules transformées).

Il a donc pour fonction de détecter et d’éliminer le danger sans devenir lui-même dangereux.

b) Le soi, le non-soi, le soi modifié

  • Le soi : ensembles de molécules et de cellules appartenant à l’organisme.
  • Le soi modifié : cellules cancéreuses et cellules infectées. Il y a 4 types de cellules dans le soi modifié :
    • Celles ayant perdu les marqueurs du soi.
    • Celles ayant une expression anormale des marqueurs du soi (marqueurs modifiés).
    • Celles co-exprimant des marqueurs du soi et des marqueurs du non-soi.
    • Celle ayant une expression de molécules du soi anormale (beaucoup plus d’expression).
  • Le non-soi : cellules présentant des motifs étrangers à l’organisme : micro-organismes, vers, parasites etc.

c) L’antigène (Ag)

Un antigène désigne toute molécule déclenchant une réaction immunitaire qui va activer les lymphocytes B (LB) et les lymphocytes T (LT).

Antigène pour les LB Antigène pour les LT
Molécule à l’état natif (non
dégradée
) : protéine, lipide, acide
nucléique…
Peptide issu de la dégradation d’un antigène protéique. Présenté sous
forme de complexe avec le CMH.

d) Principe général de la réponse immunitaire

  • Les cellules de l’immunité assurent la « veille immunitaire » (peau, muqueuses) elles détectent ainsi les Ag dès leur entrée dans l’organisme grâce à leurs récepteurs.
  • Il y a contact avec l’antigène : les cellules et les mécanismes de l’immunité innée s’activent.
  • L’immunité adaptative se met en place : les LT et les LB spécifiques de l’Ag sont activés.
  • La combinaison des mécanismes effecteurs des deux immunités conduisent à l’élimination de l’Ag.

e) Immunité innée et adaptative

f) Mémoire immunitaire

La mémoire immunitaire n’est pas présente avec l’immunité innée : la réponse sera identique au 2ème ou au 100ème contact avec l’Ag. Elle permet, lors du 2ème contact avec l’Ag, une réponse plus rapide, plus importante et plus efficace.

2. Les acteurs du système immunitaire

a) Les cellules de l’immunité

Les lymphocytes

Les cellules présentatrices d’antigènes (CPAg)

Les granulocytes polynucléaires

b) Les organes lymphoïdes

  • Les organes lymphoïdes primaires (OL1) : moelle osseuse et thymus. C’est le lieu de différenciation des cellules de l’immunité
  • Les organes lymphoïdes secondaires (OL2) : ganglions et rate. C’est le lieu d’initiation de la réponse immunitaire adaptative.

c) Les molécules de la réponse immunitaire (RI)

Anticorps (Ac) ou Immunoglobulines (Ig)

Les Ac sont synthétisés exclusivement par les LB. On les retrouve sous 2 formes :

  • Membranaire : BCR (récepteur des cellules B).
  • Sécrétée : Ig sériques et solubles.

Leur rôle est de reconnaître l’Ag (le complexe Ag/Ac est appelé complexe immun), l’éliminer et activer la réponse immunitaire adaptative.

Le complexe majeur d’histocompatibilité (CMH)

Ce sont des protéines transmembranaires capables de fixer un peptide (±10aa) pour le présenter aux LT. Ces LT ne reconnaissent pas le peptide directement mais le complexe CMH/peptide.

Les CMH sont polygéniques (codés par plusieurs gènes) et polymorphes (de nombreuses allèles co-dominantes existent).

  • En réalité, le CMH I peut parfois présenter des peptides d’origine extracellulaire. C’est la présentation croisée.
  • Le CMH II peut présenter des peptides cytoplasmiques dans certaines circonstances comme lors de l’autophagie par exemple.

Les récepteurs à l’antigène (PRR)

La famille des Toll-Like Receptor (TLR). Après détection de l’Ag, ils activent la cellule sur laquelle ils sont présents.

  • TLR 1, 2, 6 : détectent les mycobactéries et les peptidoglycanes des bactéries Gram+.
  • TLR 3 : détecte les ARN viraux DB.
  • TLR 4 : détecte les lipopolysaccharides des bactéries Gram-.
  • TLR 5 : détecte la flagelline.
  • TLR 7 et 8 : détectent les ARN viraux SB.
  • TLR 9 : détecte les ADN viraux et bactériens.

Les récepteurs des cellules T (TCR) sont composés de 2 chaînes protéiques (α et β) sauf chez les LT ɣδ.

Chaque LT exprime un seul type de TCR : l’organisme a donc un large répertoire de LT qui lui permet de reconnaître une grande variété d’antigènes.

Les récepteurs des cellules B (BCR) : selon le même principe que les LT, chaque LB exprime un type de BCR.

Les cytokines

Ce sont des glycoprotéines solubles sécrétées par des cellules productrices et servant à la communication entre les cellules du système immunitaire.

2 cytokines peuvent avoir le même effet (redondance) ou des effets antagonistes.

  • Interleukines
  • Chémokines/chimiokines : attirent les cellules immunitaires par chimiotactisme
  • Facteurs de croissance cellulaire : stimulent la prolifération des cellules cibles
  • Interférons : interviennent dans la réponse antivirales.