Ce module permet de revenir sur certaines notions de microbiologie qui n’ont pas été abordées au premier semestre : le métabolisme bactérien et la virologie.

C’est également une initiation à l’immunologie, soit l’étude des fonctions, molécules et organes du système immunitaire.

Contenu de la fiche de révision

1. Métabolisme bactérien

Le métabolisme bactérien est défini d’après différents critères : le type respiratoire, les besoins nutritifs et les besoins énergétiques.

Les micro-organismes disposent de différents systèmes de transport pour intégrer les éléments du milieu à leur métabolisme : la diffusion simple, la diffusion facilitée, le transport actif, le transport sensible aux chocs osmotiques ou encore la translocation de groupe.


2. Virologie

A) Généralités

La virologie est l’étude des virus et des agents infectieux associés. Il existe différentes sortes de virus, ce qui a conduit a établir une classification selon la structure, l’organisme infecté et les acides nucléiques qu’il contient.

Les virus possèdent des structures complexes et ont des mécanismes d’action particuliers qui conduisent à la lyse cellulaire et à la prolifération virale.

B) Les infections virales

L’épidémiologie virale se penche sur différents critères : le potentiel infectieux du virus, les réservoirs de virus, les modes de transmission et la réceptivité des individus.

On distingue les infections virales dites aiguës des infections persistantes.

L’organisme a développé un mécanisme appelé système interféron afin de se défendre contre les infections virales.


3. Immunologie

L’immunologie est une branche de la biologie qui étudie le système immunitaire. C’est un système apparu au cours de l’évolution, qui permet de distinguer le soi (ce qui vient de l’organisme) du non-soi.

A) Structure et fonction des immunoglobulines

Les anticorps, ou immunoglobulines, sont composés de 2 chaînes lourdes et de 2 chaînes légères qui ont chacune une fonction particulière.

Les immunoglobulines comportent des régions variables et un fragment constant. Il en existe 5 classes : IgG, IgM, IgA, IgE, igD et sont synthétisées par les lymphocytes B.

Elles ont pour rôle de détruire ou d‘inactiver les toxines et les agents pathogènes qui ont pénétré l’organisme.

B) Notions d’antigène et d’épitope

Les anticorps sont donc les agents responsables de la reconnaissance d’un antigène. Ils vont aller se fixer dessus et entraîner la destruction de l’agent porteur de l’antigène. Afin qu’il y ait fixation, 2 structures interviennent : l‘épitope sur l’antigène et le paratope sur l’anticorps.

C) Déroulement de la réponse immunitaire anti-infectieuse

a- La réponse immunitaire innée

L’immunité innée existe chez les plantes et tous les animaux vertébrés. Cette réponse fait intervenir différents acteurs : les monocytes/macrophages, les granulocytes, les cellules NK ou encore les lymphocytes Tγδ.

Ces derniers sont activés grâce à des récepteurs et vont entraîner des mécanismes effecteurs tels que la phagocytose ou encore le système du complément.

b- La réponse immunitaire adaptative à médiation cellulaire

Cette réponse fait intervenir des cellules (médiation cellulaire) appelés lymphocytes T CD8+ et lymphocytes T CD4+.

c- La réponse immunitaire adaptative à médiation humorale

C’est la réponse qui fait intervenir les lymphocytes B sécréteurs d‘anticorps. L’activation des lymphocytes B peut se faire selon 2 voies : la voie T-dépendante et la voie T-indépendante.

D) Les dysfonctionnements du système immunitaire (SI)

Le système immunitaire a pour objectif de protéger l’organisme. Un dysfonctionnement de ce système entraîne donc une vulnérabilité de l’organisme.

Le SI peut également se retourner contre l’organisme : c’est l’autoimmunité. Afin de lutter contre ce phénomène, il existe des mécanismes appelés tolérance centrale et tolérance périphérique.